8ème jour – KOULIKOURO

Aujourd’hui, on quitte Bamako pour se diriger vers Koulikouro. Sur mon guide du petit futé, j’apprends que cette grosse bourgade est située à 70 km au nord est de Bamako et que la route est entièrement goudronnée pour y arriver. Certes…, mais bien que partant à 6h15, il nous faudra plus d’une heure et demi pour y arriver. Au programme ce matin, un aspect professionnel et un aspect ludique. Le premier n’ayant que peu d’intérêt, je vais donc me contenter de traiter le second volet de cette matinée.
Tout d’abord, un petit clin d’oeil…
J’ai retrouvé deux vieilles connaissances sur le bord de la route. Ayant troqué leur motocyclettes pour s’offrir le voyage, nos deux touristes se sont fait détroussés par les touaregs en voulant traverser le pays du Nord au sud et c’est donc aux portes de Koulikouro que je les ai retrouvé, n’ayant plus d’autre alternative que de se nourrir… local!!!
Tof et Marco, faudrait être plus prévoyants, à l’avenir:

anes1.jpg

Pour les autres, cela vous dit une petite ballade sur le fleuve Niger?
Embarqués sur deux pirogues, …
 

pirogues1.jpg 

pirogues2.jpg

…nous redescendons le Niger vers le Sud sur quelques kilomètres en cotoyant un paysage magnifique:

vuecote1.jpg

Et nous continuons notre « périple », intrigués que nous sommes par un rassemblement étrange:

pirogues3.jpg

Qu’est-ce cela donc? De loin, on pourrait supposer une manif de pecheurs en colère et il nous faut donc nous rapprocher davantage:

ramasseurssable1.jpg

Ce ne sont pas des pecheurs, enfin pas tout à fait…
Ce sont des ramasseurs de sable, car Koulikouro est en fait le port fluvial de Bamako et c’est de là que partent tous les bateaux pour rejoindre les villes du nord du pays. Mais c’est aussi le « vivier » du matériel de construction de base, le sable. Toutes ces embarcations passent donc leur journée à drainer le fond du fleuve, d’une façon très artisanale:

ramasseurssable2.jpg

Un homme descend le seau jusqu’au fond pour que ses camarades en remontent le sable. Ce n’est que lorsque l’embarcation est à la limite de couler que la marchandise (tamisée à bord) est amenée sur le rivage pour être ensuite charriée dans des camions qui partent vers Bamako ou Segou.

ramasseurssable3.jpg

Quand on voit la couleur de l’eau et l’absence d’équipement du plongeur, on se dit que celui-ci a beaucoup de courage!

couleurniger.jpg

Le petit futé parlait de « St Tropez africain »… Je n’y ai pas vu cela, moi… Il est vrai que nous n’avons pas eu l’occasion de traverser le fleuve…

Et sur le chemin du retour, encore ces images à faire « défrisier » un ex-responsable de la sécurité routière… transportcamion1.jpgtransportcamion2.jpgC’est l’Afrique, quoi???… je ne vous l’ai pas déjà dit???

 

 


Autres articles

Répondre

MERVEILLE DU MONDE |
Les aventures de Myrtille |
Céline et Fabrice débarquen... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A la recherche des communau...
| berbere kingdom
| Nëkwéta Surf Camp